Inscrivez vous à la newsletter et recevez des conseils et des astuces directement dans votre boite mail!

Posts Tagged ‘maman’

Là, tu vois, maman travaille!

 

Mokka et sa petite soeur

 

 

« Maman tu viens jouer? » « Maman, c’est quoi que tu regardes? » « Maman, je peux dessiner? » « Maman j’ai faim… » « Maman, pourquoi tu t’occupes pas de moi? » 

Vissée à l’ordinateur, les sourcils froncés et l’air concentré, on essaye tant bien que mal de poser des limites au petit gnome en lui expliquant que « ça ne se voit peut être pas autant que papa, mais là, tu vois, maman travaille ». Peine perdue. C’est l’invasion des jouets sur le bureau, des cris en musique de fond, voire du gnome lui même sur les genoux. Comment faire comprendre à notre descendance adorable, certes,  mais néanmoins envahissante, que « Tu vois le paravent, là?  hé bien c’est le bureau de maman, dingue, non? « 

Vous vous reconnaissez? C’est normal, toute maman qui travaille à la maison a déjà vécu cette situation des dizaines de fois. A tel point que  Stéphanie, 35 ans, et Sophie 32 ans, ont décidé d’en faire un livre pour enfant dont le héro, Mokka a une maman  « bizarre », une maman qui travaille sur internet!

Qui êtes vous, Stéphanie et Sophie?

Je suis Stéphanie, 35 ans, 2 enfants et un 3eme en « fabrication ». J’ai été entrepreneur pendant 4 ans pour redevenir salariée avec plein de projets de nouveau! Je suis auteure jeunesse depuis 2 ans et j’ai déjà un album édité (Le Pays des Mots Perdus chez Alpha Book).
Sophie a 32 ans, 1 enfant en « fabrication », et est illustratrice freelance depuis plusieurs années, spécialisée dans les albums pour enfants.
Nous faisions toutes les 2 parties du réseau des mompreneurs.

Comment vous est venue l’idée d’écrire l’histoire de Mokka?

L’idée de cette histoire vient de mes enfants au départ. Des crises quand je ne venais pas immédiatement voir leur nouveau dessin lorsque je travaillais devant mon ordinateur (je gérais une boutique en ligne à l’époque), ou lorsqu’ils ne comprenaient pas pourquoi je me mettait en colère lorsqu’ils hurlaient « mamannnnnn j’ai fini de faire caca » alors que j’étais au téléphone avec un de mes fournisseurs! Le livre a donc pour but d’expliquer aux plus petits enfants pourquoi une maman qui travaille à domicile, en freelance ou comme entrepreneur, n’est pas forcément disponible toute la journée pour jouer et s’occuper de ses enfants.

Avoir une maman qui travaille à la maison, c’est perturbant pour un enfant?

Oui, je pense. Après c’est aussi une question d’âge. Un enfant de 4/5 ans ne va pas comprendre qu’il peut avoir sa maman dans son champ de vision mais qu’il ne peut pas lui parler. Même à 9 ans mon fils a toujours du mal à comprendre qu’il ne doit pas me déranger quand je travaille ou quand je suis au téléphone. 

Quel plus ce livre apporte-t-il aux enfants qui le lisent?

Il explique pourquoi il ne faut pas déranger maman lorsqu’elle travaille (on peut décliner la même chose pour le papa évidement!), même si elle reste toujours à la maison. Les enfants s’identifient facilement au personnage (petit garçon/tigre) qui est parfois compréhensif, parfois grognon.
Globalement cet album est plutôt destiné aux petits, pour qui le concept de « maman à la maison inabordable » est vraiment impossible à gérer.

Mokka et sa petite soeur sont à la recherche d’un éditeur, n’hésitez pas à aller leur témoigner votre soutien sur la page Facebook du livre 

 

Pour aller plus loin: 

Stéphanie François sur Facebook

Le blog de Sophie Verhille

Le livre Maman Travaille, par Marlène Schiappa

 



Rendez-vous sur Hellocoton !


Mademoiselle Caroline: « Je ne changerai de métier pour rien au monde »

 

« Ahahha, je viens de lire ce mail alors que je finis d’étendre ma lessive du jour, ayant fini mes premiers dessins…Je rigole doucement Oui oui oui, partante ! Balance « 

Voici la réponse que m’a donnée Caroline Capodanno aka Mademoiselle Caroline lorsque je lui ai proposé une interview  » Elle est freelance » et je crois que tout était dit. Mademoiselle Caroline, je l’aime d’amour depuis que je suis arrivée par hasard sur son blog  » Le journal d’en haut de Mademoiselle Caroline ». Graphiste et illustratrice, mère de trois enfants, fan de ski et exilée en Haute Savoie ( « le pays du Reblochon »), Mademoiselle Caroline a trouvé un temps mort entre deux machines et une illustration pour répondre à mes questions, et nous assurer que décidément non, grignoter n’aide pas à la concentration.

Bureau rangé de Mademoiselle Caroline

 Dis nous tout, Mademoiselle Caroline, es tu plutôt Ordi-coin de table ou espace de co-working? 

M.C: Je me suis installée (grâce à deux copains bricoleurs, jono et Frank, ) un vrai bureau dans le salon, qui est aussi la salle à manger et la cuisine car j’aime les grands espaces sans mur. Mon bureau est en face de la télé pour pouvoir mater des dvd en même temps que l’Homme car je bosse souvent le soir… et être toute seule dans un bureau la nuit aurait été trop déprimant… plus il y a de bruit, mieux je travaille… dans la journée, je vois aussi ce que font les enfants sans avoir à me déplacer de mon bureau.

Sorties d’école, varicelle, vacances scolaires, qui s’y colle?

M.C: A ton avis ? je suis free lance, c’est sur moi que ça tombe…  et c’est l’enfer… dans ces cas là, je suis super énervée car c’est TOUT LE TEMPS à ce moment là que tombe les boulots les plus importants… je me retrouve donc à travailler la nuit… tout le mois de juillet, et toutes les vacances scolaires. Ça me met dans une rage folle mais que reprocher à l’Homme qui ne peut pas prendre de vacances quand il veut ?

 C’est comment le partage des tâches ménagères chez toi?

M.C: Il a évolué depuis qu’on a des enfants car l’Homme a bien du réaliser que j’allais divorcer s’il ne mettait pas la main à la pate : ce sont nos enfants, donc on partage à deux la surcharge de travail que ça implique ,mais j’ai de le la chance, il aide beaucoup…

 3 trucs pour ne pas se laisser attendrir par les cris de la serpillère et rester concentrée ?

M.C: 1-Prendre un bureau en dehors de la maison… j’ai tenu 8 ans et je suis devenue folle à prendre des pauses avec mon aspirateur, don c j’ai pris un coin de bureau dans l’open space de la boite de mon homme (MNSTR) et c’est impec…. Comme ça j’ai l’impression d’être une vraie travailleuse : y’a une machine à café (même si je bois du thé), des gens qui racontent des conneries par-dessus leurs écrans, du chauffage en hiver, des copines avec qui aller manger des sushis à midi, et je suis obligée de m’habiller joliment le matin…

2- céder

3- prendre une femme de ménage ?

L’erreur de maman freelance que tu ne referas plus ?

M.C: S’imaginer qu’on travaille mieux en grignotant. J’ai pris 15 kilos en 10 ans (je viens de les reperdre je vous rassure)!

Quelles sont tes valeurs au travail?

M.C: Ne jamais être en retard dans les délais

Ne plus tenter de discuter une exigence d’un client

Bétonner mes contrats d’édition grâce à une avocate hyper pro

Toujours être agréable et de bonne humeur

Finalement, être maman freelance, vraie galère ou grand bonheur? 

M.C: C’est une vraie galère psychologique car il faut sans cesse lutter entre le boulot et les enfants et sa vie à soi MAIS je crois que c’est malgré tout inestimable de pouvoir accourir quand l’un a 40 de fièvre ou quand on doit accompagner une sortie vélo … et puis on peut aussi skier toute la journée (j’habite en montagne)et bosser la nuit si on en a envie, ce qui est un énorme privilège.

Etre maitre de son temps, organiser ses journée comme on veut… je ne changerai de métier pour rien au monde.

Retrouvez l’actualité de Mademoiselle Caroline sur son blog:  » Le journal d’en haut de mademoiselle Caroline ».

 

 



Rendez-vous sur Hellocoton !


Maman freelance, vive les vacances?

 

 

C’est les vacances, mais pas pour tout le monde… Si nos chères têtes blondes sont ravies d’être enfin libres comme l’air, il n’est pas encore question de congés pour nous. Et devinez qui va les garder? 

A moins d’avoir une armée de nounous ou de grand-parents très disponibles ( et très gentils), la probabilité que vous ayez à garder vos enfants pendant les vacances scolaires est proche de … 100% Une réalité avec laquelle il va bien falloir composer, et pour laquelle il faudra s’armer de courage et de patience car croyez le ou non: deux mois, c’est long.

Les enfants ne sont pas des plantes en pot :

J’en profite pour passer un message aux mères qui pensent devenir freelance pour  » regarder leurs enfants grandir« : les filles, les enfants ne se contentent pas de pousser comme des ficus: ils gesticulent, hurlent , se battent, et vous sollicitent sans arrêt. Et il vous faudra composer avec ça pour  travailler, être productives et créatives, et rendre votre copie dans les temps. Aussi, si vous pensez réellement qu’être freelance c’est comme être mère au foyer, mais en touchant un revenu, oubliez. L’indépendance est bourrée de bons côtés, mais écrire un article en essuyant du vomito n’en fait pas partie.

Ne soyez pas une « moitié de » :

Vous savez quoi? on ne peut pas être partout à la fois. Sur un devis et une partie de Dr Maboul, au téléphone avec un client et en train de régler le énième conflit de la journée. Si vous n’avez pas la possibilité de faire garder les enfants à l’exterieur, lâchez tout et restez avec eux. Mon conseil va surement vous surprendre, mais s’accrocher à l’ordinateur malgré les cris et les sollicitations constantes des petits vous vaudra au mieux:

  • Un travail de qualité médiocre (et les représailles de vos clients)
  • Le risque de faire des erreurs pénalisantes ( ou de signer « bisous » le mail envoyé au fournisseur)
  • Un niveau de stress que seuls les parents essayant de travailler sans pouvoir le faire peuvent comprendre.
  • La culpabilité de ne pas être à la bonne place: ni avec vos enfants, ni au travail…

A moins d’avoir de grands enfants, ou des enfants anormalement calmes et silencieux, rendons nous à l’évidence: il n’est pas possible de travailler avec les enfants dans le même espace que vous. Admettre ça, c’est éviter l’ulcère pour vous, et une atmosphère pesante pour les enfants qui, si on  y pense, n’y sont pas pour grand chose…

Lâchez du lest

Alors on fait quoi? On en profite. Pour rentrer vraiment dans cette partie de Dr Maboul et réaliser que c’est aussi drôle que dans notre prime jeunesse, pour préparer le repas en faisant participer les enfants, pour les emmener faire un tour au parc. Bref, pour passer du « vrai temps », du temps de qualité avec eux. Agiter vaguement une canne à pêche en faisant mine de jouer à la pêche au canard n’est pas à proprement parler ce que j’appelle du « temps de qualité ».

Revoyez votre organisation

J’entends déjà les ricanements :  » Et mon article, et mon illustration, et mon devis, je le fais comment, en descendant le toboggan? » . Bien sur, il n’est pas question de tout laisser tomber et de passer les deux mois de vacances scolaires à siroter des grenadines en sortant du cinéma. Mais plutôt à revoir son organisation habituelle:

  • Se lever plus tôt
  • Se coucher plus tard
  • Profiter de la sieste des enfants
  • Annoncer des délais réalistes aux clients
  • Créer un planning et hiérarchiser les tâches
  • Eviter les to-do list irréalisables
  • Cultiver l’art du minimalisme: priorité aux priorités

 

Du balai!

N’y allons pas par quatre chemins: pendant les vacances, le ménage, c’est no-way. Gérer de front boulot et enfants est déjà compliqué, inutile de se lancer des défis fous en briquant la maison de fond en comble pendant vos 3, 30 minutes de répit. Et si vous faites partie de ces femmes qui travaillent à la maison mais n’arrivent pourtant pas à lâcher le balai, profitez de ces  » vacances » pour vous désintoxiquer.

 

Poser des limites claires

Enfin, il est primordial que des limites horaires soient fixées. Si le papa travaille à l’extérieur, convenez ensemble d’une heure limite pour son retour à la maison. Et dès son arrivée: dé-lé-guez. Rassurez vous, il saura parfaitement s’occuper du bain et des repas, et prendra grand plaisir à raconter l’histoire du soir. Quant à vous, croyez-moi, il vous sera salutaire de souffler et de reprendre des forces avant le marathon de la prochaine journée.

 

Et vous, qui garde les enfants pendant les vacances scolaires?

 



Rendez-vous sur Hellocoton !


Une journée de Freelance…

« Tu travailles de chez toi? quelle chance! »: voici ce que j’entends fréquemment quand j’aborde ma vie professionnelle. Les gens ont l’air de trouver ça absolument formidable. Et je crois que c’est parce que dans l’imaginaire collectif, une journée de Freelance, c’est ça:

8:00: Le réveil sonne. 

8:02:  la Freelance l’éteins et se rendort

10:00: La Freelance ouvre lentement un oeil, puis l’autre et s’étire comme un chat avant de se préparer un petit déjeuner de championne: croissant, tartines, café et jus d’Orange pour l’energie!

10:45:  La Freelance aime prendre soin d’elle, ça tombe bien, elle a le temps: elle se fait couler un bain aux sels de la mer morte avant de s’oindre le corps de lait d’anesse. Mais si elle veux , la Freelance peut tout aussi bien ne pas se laver du tout et se contenter d’enfiler un jogging et de nouer ses cheveux gras en queue de cheval: elle a le choix et c’est ça qui est bien!

12:00: brushing, mascara, la Freelance  file au sushi bar déjeuner avec une copine!

14:00: De retour chez elle, la Freelance s’octroie une petite sieste, histoire de recharger les batteries avant de s’y mettre.

15:00: Au boulot!

16:00: Il est déjà temps d’aller chercher les enfants à l’école: la Freelance se console en se disant qu’elle pourra travailler ce soir. Ou pas.

Sympa non? De quoi faire rêver nombre de salariés enfermés dans des bureaux éclairés au néon! Allez on  lève le voile, une journée de Maman Freelance, dans la réalité, c’est ça:

7:15 : Le réveil sonne. La Freelance court prendre sa douche avant le coup de feu.

8h15: Petits déjeuners, toilette de chat, habillage, la grande part à l’école, la petite chez la nounou

8h30: 12h00 : Boulot

12h00: La Freelance mange une dizaine de surimis qu’elle fait couler avec du Soda light devant le frigo ouvert.

12:10: Appel de l’école: « La grande est fiévreuse, et comme vous ne travaillez pas… »

13:00- 15:00: Tente quelques appels clients en essayant d’étouffer les bruits de dessin animés qui filtrent du salon. Ecrit en tapant d’une seule main, l’autre servant à cajoler l’enfant malade.

15:02- 16h00: enchainement de tentatives désespérées et complètement irréalistes pour occuper l’enfant plus de 5 minutes d’affilées

16h 20: Départ en catastrophe chez la nounou, la journée est fichue.

22:00: Retour devant l’ordinateur pour tenter de terminer les tâches les plus urgentes. Coucher dans une heure… ou pas.





Rendez-vous sur Hellocoton !