Inscrivez vous à la newsletter et recevez des conseils et des astuces directement dans votre boite mail!

l’art de bien manger quand on travaille de chez soi

Comme la majorité des travailleurs nomades, je travaille le plus souvent de chez moi. Et le midi, sauf déjeuner à l’extérieur, je mange à al maison. C’est une bonne chose en théorie puisque j’ai le choix de manger sainement et de rééquilibrer mon alimentation qui en a bien besoin. En théorie seulement, car depuis que je suis freelance, mes repas se composent essentiellement de surimi, de pain et de soda light, seule devant mon frigo ouvert. Vous vous reconnaissez? 

En me penchant un peu plus avant sur l’équilibre alimentaire du freelance , j’ai réalisé qu’il existe des moyens simples de manger bon et plutôt sain quand on n’a ni le temps, ni budget faramineux à y consacrer ( ceux qui commandent des sushis tous les jours, suivez mon regard). 

- Manger quand on a faim Ca si parait simple et pourtant qui l’applique vraiment? Entre le grignotage anti-stress et le repas de midi avalé à contrecoeur juste parce qu’il est midi, les sensations alimentaires sont laissées de côté, au risque de brouiller les pistes et de ne plus permettre à l’organisme de reconnaitre les signaux de faim, et de satiété. A la clé: prise de poids assurée et à grande échelle, troubles du comportement alimentaire. Retenez cet adage du très sage Dr J.P Zermatti: mieux vaut manger une barre de chocolat avec faim qu’un plat de ratatouille sans faim. Vous me suivez? 

- Coupez! Le déjeuner ne sert pas qu’à s’alimenter, il permet surtout de faire une vraie pause et de s’aérer également les neurones.  Déjeuner avec l’ordinateur sur les genoux est tentant, mais outre le fait que c’est très inconfortable, éteindre son PC permet de tirer temporairement le rideau sur le travail en cours. Eteignez donc l’ordinateur, coupez le téléphone portable ( mais si c’est possible), et oubliez vos dossiers l’espace d’une heure ou deux. N’hésitez pas à aller faire  une petite marche dans votre quartier, flâner un peu permet de se vider la tête et de recharger les batteries. On en revient les idées plus claires et d’attaque pour une nouvelle session de boulot hyper motivée!

- Prendre le temps: Une heure est un minimum pour profiter pleinement de sa pause déjeuner. Manger debout devant le frigo ouvert ne vous satisfera ni l’esprit, ni l’estomac. Une assiette, des couverts c’est un minimum pour déjeuner dans de bonnes conditions: vous le faites pour les autres, pourquoi pas pour vous? On peut très bien allier rapidité et convivialité avec soi-même ( si si, c’est possible ) en soignant son petit plateau repas.

- Halte au grignotage compulsifQuand on déjeune seule, on a rarement envie de se mitonner une blanquette de veau sur le pouce, et on cède à la tentation de  » chiper dans le frigo ». Mais on connait la chanson: le bâtonnet de surimi entraine le gateau apéro qui entraine le morceau de fromage : c’est la valse du grignotage et d’un bout de ceci en une miette de celà, l’addition calorique est vite salée, pour une satiété médiocre et surtout le sentiment de ne pas avoir vraiment fait de « coupure ». Il n’est pas question de ici de diaboliser le grignotage, mais plutôt de le gérer correctement.

- Oui au grignotage organisé: On ne vous fera pas le coup du « baton de celeri délicieux à grignoter avec une sauce au fromage blanc » ( sérieusement, qui aime vraiment le celeri?)mais il y a quelques basiques qu’il est bon d’avoir à portée de main en cas de flemme ou de dossier urgent à boucler  : bâtonnets de surimi (encore eux), blanc de poulet, jambon blanc, briquettes de soupe, tomates , mozarella, maïs et thon en boîte pour une salade improvisée, pain frais, yaourts ou fruits et barres de céréales vous sauveront la mise en cas d’urgence ( donc souvent).

 Ariane Grumbach, diététicienne spécialisée dans l’alimentation des freelance rappelle qu’il est important de privilégier les féculents qui sont le carburant du cerveau à chaque repas pour avoir la pêche et éviter le coup de pompe de 14h qui se termine souvent par la cuillère de Nutella dans le pot. Comment ça parle pour toi?

Pour aller plus loin:

Le blog d’Ariane Grumbach:

l’interview d’Ariane sur le blog des freelance

Le livre de J.P Zermatti





Rendez-vous sur Hellocoton !


No related posts.

4 Comments on l’art de bien manger quand on travaille de chez soi

  1. NathK
    25 juin 2012 at 15 h 58 min (5 années ago)

    Cet article me parle … un peu…beaucoup…non, pas passionnément… j’ai pris 10kg depuis que je travaille à la maison !!!!
    je vais aller faire un tour sur le blog blog d’Ariane Grumbach

    Répondre
    • Aurélie
      25 juin 2012 at 16 h 05 min (5 années ago)

      NathK, qu’est ce qui a changé dans tes habitudes alimentaires finalement depuis que tu travailles en  » free »?

      Répondre
      • NathK
        4 juillet 2012 at 8 h 32 min (5 années ago)

        Tout : je ne grignotais pas, je grignote, je mangeais à heures régulières (entre 13h et 14h), je mange à n’importe quelle heure, je mangeais assez équilibré , je mange n’importe quoi, ce qu’il y a dans le frigo, le + rapidement possible et sans cuisiner et devant mon ordi
        et pour finir : je marchais environ 1 heure par jour et maintenant je prends la voiture (rapport à l’école qui n’est pas à coté du domicile)

        Répondre
        • Aurélie
          4 juillet 2012 at 10 h 55 min (5 années ago)

          Demande aux deux paquets de rocher au chocolat de mon placard achetés la semaine dernière et honteusement diminués aux trois quart ce qu’ils en pensent…

          Répondre

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *






Comment *