Inscrivez vous à la newsletter et recevez des conseils et des astuces directement dans votre boite mail!

La Boss, c’est moi! ( savoir dire non)

 

Who’s the Boss?

 

Savez vous dire NON?  NON à un projet qui ne vous emballe pas, NON à une rémunération ridicule, NON à une dead line trop serrée? NON à une vingt quatrième relecture, NON à une ristourne injustifiée? Difficile de décliner poliment certaines offres qu’on croit ne pas pouvoir refuser. Mais au fait, qui c’est la Boss?

Entre le beau-frère qui a besoin d’une  » petite bannière de rien du tout » pour son blog ( gratuitement ça va sans dire), le client paternaliste qui sait que vous débutez et en profite pour vous payer comme une stagiaire et celui qui veut bien vous payer sous le manteau, les occasions de se laisser marcher sur les pieds sont nombreuses. Notre entreprise vient de naitre, on veut bien faire, on a besoin d’argent, alors on dit OUI à tout et n’importe quoi. Et si c’était surtout une question d’estime de soi?

 

Confiance et estime de soi

Qui peut prétendre avoir fondamentalement confiance en soi? La totale confiance en soi est un idéal à atteindre, certes, mais le doute nourri la créativité et offre de nouvelles perspectives. Le doute permet de creuser, de s’interroger sur soi et son rapport aux autres. En d’autres termes, le doute enrichi. La première étape consiste donc à relativiser, et à ne pas se taper sur la tête : non seulement on est comme tout le monde, mais on essaye d’avancer. 

Une erreur courante consiste à penser qu’accepter certaines contraintes nous protègera des conflits et nous rendra « aimable » aux yeux des autres. C’est faux et c’est un cercle vicieux:  aller à l’encontre de ses envies et de ses valeurs abîme l’estime de soi. Souvenez vous de la dernière fois que vous avez accepté un projet plombant, dit « oui » à un proche qui abuse de votre gentillesse. Comment vous sentiez vous? Etiez vous fière de vous? Il y a fort à parier que non. Savoir dire non renforce l’estime de soi  et replace dans un cercle vertueux. Et ça, ça s’apprend.

 

Pourquoi avez vous créé votre entreprise?

POURQUOI avez vous créé votre entreprise? Pour mieux concilier vie pro et vie privée? pour réaliser un rêve? Pour avoir du temps pour vous? Pour donner du sens à votre vie? Se poser les bonnes questions, remettre son POURQUOI au coeur du débat quand on est face à un dilemme aide à faire les bons choix.

Se mettre à son compte est un véritable choix. Créer son entreprise est un véritable choix. Faire ce qu’on aime est un véritable choix. Créer son propre job, travailler avec ardeur et passion, se lever le matin le sourire aux lèvres à l’idée de se mettre au travail est un véritable choix. Et c’est le VOTRE.

Etre indépendant n’est pas exempt de contraintes, mais ce sont des contraintes CHOISIES. Ces contraintes doivent apporter quelque chose de POSITIF en contre- partie. Vous pensez à l’argent? C’est normal, l’argent est le nerf de la guerre et votre petite entreprise se doit  d’être rentable. Mais à quel prix? Certainement pas au prix de votre bien-être. L’argent ne doit pas être votre seul moteur, au risque de vider votre activité de tout sens. Et si l’argent n’était pas le sujet? ( vidéo en anglais)

 

La chef, c’est moi! 

Oui, la chef c’est vous! Vous êtes THE BIG BOSS !  Peut être avez vous gardé de vieux réflexes de vos anciennes années de salariat, ou peut être n’osez vous tout simplement pas être vous-meme?Peut être souffrez vous du syndrome de l’imposteur déjà évoqué ici  , peut être ne vous sentez pas capable, peut être vous sentez vous  » toute petite », trop petite pour vous donner l’autorisation de dire non?

J’ai une bonne nouvelle pour vous: vous n’êtes pas petite. Vous êtes grande. Et vous seule pouvez vous donner l’autorisation d’exister et de vous positionner. 

 Ce job, qui l’a créé? Ce projet d’entreprise qui l’a imaginé? Qui l’a défendu? Ces heures passées à accoucher de votre offre, de votre positionnement, de vos tarifs, à monter un site web qui reflète votre rêve? Ces moments à douter, à espérer, à lutter, à se dépêtrer, qui les a vécu et les vit encore?  C’est Bibi! Alors qui décide? C’est Bibi aussi! Prenez votre place, personne d’autre ne peut le faire pour vous! 

 

L’exercice du « costume trois pièces »

Il existe un exercice de coaching que j’aime beaucoup et que j’ai rebaptisé  » Costume trois pièces »:  cet exercice est un outil pour se donner de l’assurance et retrouver confiance en soi devant des situations difficiles.Il permet d’affronter certaines situations difficiles ou délicates, de ces situations où on a tendance à redevenir l’enfant que nous étions plutôt que l’adulte que nous sommes: il suffit de revêtir pour la journée le costume de celle que l’on veut être. Autrement dit, le jour du briefing client, mettez vous dans la peau de la Big Boss que vous êtes. Prenez en la posture, imposez vous et sortez le costume en Tergal et le Havane… ou pas.

Alors je veux vous l’entendre dire: WHO’S THE BOSS? 

 

 



Rendez-vous sur Hellocoton !


No related posts.

15 Comments on La Boss, c’est moi! ( savoir dire non)

  1. Nadege Vialle
    26 février 2013 at 15 h 12 min (5 années ago)

    Bonjour,

    J’aime beaucoup votre blog que j’ai découvert récemment. Pas toujours facile de dire non sans culpabiliser … pourtant vous avez mille fois raisons, on n’est pas toute petite, on est freelance, solo, indépendante … super-compétente. Mais la confiance ça se travaille. J’ai mis 2 ans à « accoucher » de mon vrai positionnement/pourquoi … pour finir par faire un blog moi aussi ^^

    Allez j’y vais I’M THE BOSS !

    Répondre
    • Aurélie
      26 février 2013 at 15 h 18 min (5 années ago)

      Alors Bienvenue Nadège et bravo pour votre blog, l’humain au coeur de l’entreprise, passionnant sujet que vous traitez avec brio :)

      Répondre
  2. Aurélie
    26 février 2013 at 15 h 19 min (5 années ago)

    Et il faut m’excuser pour cet avatar ridicule que je peine à modifier, en plus je ne porte même pas de lunettes ;)

    Répondre
    • Nadege Vialle
      27 février 2013 at 8 h 58 min (5 années ago)

      merci pour les compliments :) pour changer l’avatar il faut aller sur gravatar et le lier à votre site :)

      Répondre
  3. Julie
    28 février 2013 at 11 h 28 min (5 années ago)

    J’ai dit non cette semaine à un projet génial mais on me demandait la lune pour des clopinettes. ça fait du bien :)

    Répondre
    • Aurélie
      28 février 2013 at 14 h 07 min (5 années ago)

      Alors bravo Julie! :)

      Répondre
  4. claire
    2 mars 2013 at 13 h 18 min (5 années ago)

    Bonjour

    Je suis tombée sur votre site par hasard, et sur cet article en particulier.
    Je suis entièrement d’accord. Qui dit chef, dit prise de décision et parfois les choix sont draconiens (notamment celui de dire non !)

    Mes moments de doutes restent fréquents, mais il paraît que c’est normal :-) je trouve toujours un moyen de me ressourcer et de rebondir parce qu’ Im the boss :-)

    Répondre
  5. Aurélie L
    2 mars 2013 at 22 h 36 min (5 années ago)

    Bonsoir Aurélie,
    Merci pour cet article qui fait du bien au moral (oui moi aussi je viens de refuser une mission qui ne me plaisait pas et je culpabilisais pour le CA perdu…) . Promis à mon prochain rdv client, je teste l’exercice du costume 3 pièces!

    Répondre
    • Aurélie
      3 mars 2013 at 18 h 51 min (5 années ago)

      Aurélie, il faudra venir nous raconter ce que l’exercice de style a donné alors ;)

      Répondre
  6. Catherine
    13 mars 2013 at 12 h 09 min (5 années ago)

    C’est par hasard que je suis tombée sur votre site, et j’adore..! Je suis actuellement salariée..et j’ai des rêves d’indépendante dans le domaine du web..Petit à petit l’idée prend forme même si je me pose encore mille questions! et quand je lis votre blog, ça me boost encore plus! Merci pour ce blog!
    Catherine

    Répondre
    • Aurélie
      13 mars 2013 at 13 h 47 min (5 années ago)

      Merci Catherine, je suis heureuse que vous trouviez de l’aide parmi nous, si vous avez besoin de tirer votre projet au clair n’hésitez pas à me contacter via le formulaire de contact, à bientôt!

      Répondre
  7. Dorra
    27 mars 2013 at 19 h 32 min (5 années ago)

    Bonsoir Aurélie,
    Merci pour votre article!
    j’essaye de créer mon propre job !
    je l’avoue ce n’est pas facile :(

    Répondre
    • Aurélie
      29 mars 2013 at 10 h 26 min (5 années ago)

      Ce n’est pas facile mais quelle satisfaction ;) bon courage, tenez nous au courant de votre évolution!

      Répondre
  8. Alexandra
    20 mars 2014 at 17 h 21 min (4 années ago)

    Je rajouterais que quand on n’a pas tellement confiance en soi (complexe de l’imposteur etc..) on a tendance à attirer des clients qui sentent qu’ils peuvent abuser de nous. Quelque part on a les clients qu’on mérite, donc double raison de travailler son estime de soi.
    @Nadege je me reconnais tout à fait dans ce que tu vis, bonne continuation :)

    Répondre
  9. Véronique
    20 mars 2014 at 19 h 39 min (4 années ago)

    Merci et Bravo pour cet article Aurélie. j’adhère complètement au propos, et au ton ;-)
    Dire NON c’est donner plus de poids et de valeur aux « OUI », c’est crédibiliser et assoir son professionnalisme, c’est imposer le respect, une occasion d’affirmer son estime de soi, son positionnement, son éthique et ses valeurs, sa cohérence et c’est surtout conditionner sa « vitrine » et la relation « client » sur des bases claires sans place pour les malentendus ou le malêtre. idéalement le « NON » s’assume et s’explique il n’en a que plus de vertu pédagogique pour la suite ou les suivant(e)s… Enfin, même conclusion : c’est un CHOIX, comme la liberté en est un.
    Mon intention n’est pas de prôner du « y a qu’à » ou « il faut » mais de témoigner de ma pratique et de mon fonctionnement. C’est sûr que quand on a la personnalité qui colle avec c’est plus simple, mais cela peut s’apprendre. L’important est de se connaître, cela inclus les points forts (leviers) et les points faibles à perfectionner. Le « Non » peut devenir une victoire sur soi plus qu’une victoire sur l’autre dans une relation qui ne doit pas être un rapport de force mais un positionnement clair de part et d’autre. Pour ma part je pratique autant le « NON » que le « OUI passionné » parce que librement consenti. J’ai choisi d’entreprendre avant tout pour être libre et le « non » en fait partie, tout comme les contraintes que je tente de réduire au maximum pour ne retenir que les contraintes que je m’impose ou avec lesquelles je dois composer comme tout entrepreneur, car la liberté a un prix mais plein de bénéfices secondaires. Il faut juste les voir et les savourer.

    Répondre

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *






Comment *