Inscrivez vous à la newsletter et recevez des conseils et des astuces directement dans votre boite mail!

Archive of ‘Non classé’ category

Comment se lever de bonne heure … et de bonne humeur?

comment-se-lever-tot

Wake up, early Bird! Si vous faites partie de cette vaste majorité de la population qui appuie frénétiquement sur le bouton  » snooze » de son réveil en espérant un arrêt dans l’espace temps, il y a peu de chance que vous soyez « du matin ». Pourtant, je suis sure que vous aimeriez vous réveiller tôt et du bon pied, prête à attaquer la journée dès potron-minet ( oui ça se dit. En tout cas Mamie Christiane le dit). Cette nouvelle année est le moment idéal pour prendre de nouvelles et saines habitudes!

1. Allez vous coucher

On a beau savoir que les heures avant Minuit sont les plus réparatrices on regarde Game of Thrones ou Scandal jusqu’à ce que les yeux nous sortent des orbites. Double fail : les écrans sont des perturbateurs de sommeil réputés pour freiner la sécrétion de mélatonine, hormone directement impliquée dans le processus du sommeil.

2. Soyez prête

Et préparez vos affaires la veille au soir, ce qui vous fera gagner une vingtaine de minutes qu’il sera bien plus agréable de passer à prendre le temps ou à méditer sur la journée à venir qu’à jeter la pile de pantalons en l’air en pleurant que  » de toute façon, (je) n’ai rien à me mettre ».

3. Buvez, éliminez

Ce n’est pas un mythe : un verre d’eau au lever réveille l’organisme en douceur. Faire suivre avec une bonne tasse de thé ou de votre café préféré, respirez, souriez : dans le calme d’un foyer endormi, on profite beaucoup mieux de ces instants volés.

4. Restez positive. Quoiqu’il arrive

La vie que nous menons est le reflet de ce que nous pensons : si vous pensez que cette journée sera ratée, croyez moi elle le sera. Si vous persistez à croire que votre boss vous veut du mal ou que ce client va encore vous prendre la tête, devinez quoi? C’est exactement ce qui va arriver. Se forger un état d’esprit positif n’est pas une affaire de Bisounours. La psychologie positive est une science reconnue depuis 1998. Si vous vous demandez  » comment être du matin ou comment vous lever de bonne heure sans y perdre votre amabilité, la psychologie positive peut faire des miracles pour vous.

Ces quelques astuces vous permettrons non seulement de vous lever tôt et de vivre une vie plus riche et plus productive sans stress, mais aussi de commencer à vous forger une mentalité positive, et à termen à transformer votre vie quotidienne !

Et vous, quelles sont vos astuces pour vous lever tôt le matin?





Rendez-vous sur Hellocoton !


Make a Wish

©bridalmusings.com

©bridalmusings.com

Si vous essayez sans cesse de paraitre normal, vous ne saurez jamais à quel point vous pouvez être génial. Maya Angelou.

En cette période propice à la magie, j’ai envie de vous parler de rêves. Et plus précisément, de VOS rêves. De ceux que vous serrez précieusement contre vous quotidiennement, de ceux que vous chuchotez de peur qu’on vous entende, de ceux que vous transportez de déménagement en déménagement sans jamais les sortir de leur carton, de ceux que vous admirez dans la glace en vous demandant comment ça serait si…

De ceux qui vous paraissent fous et que vous me confiez en détournant les yeux, de ceux qui vous paraissent « déraisonnables mais bon on peut essayer » De ceux qui vous font vibrer et battre le coeur, de ceux qui vous transforment déjà un peu, juste en y pensant. De ceux que vous avez laissé filer et qui ne tarderont pas à vous rattraper, de ceux que vous commencez à faire germer et puis que vous laissez sécher, des fois que ça marche …

De ceux qu’il faudrait commencer à épousseter, de ceux dont vous n’arrivez pas à vous débarrasser. De vos rêves d’enfant, de vos rêves de grands, de vos rêves d’enfants qui jouent à être grands. De vos rêves d’indépendance, de vos rêves de bonheur, de vos rêves de succès. De vos rêves de moments partagés, de baisers échangés, de soutien et de complicité.

Vos rêves sont nos rêves à toutes, aussi, je vous souhaite de sortir enfin vos rêves de leurs cartons,de les déployer en grand format, de les dépoussiérer et de les faire briller, de leur ajouter des paillettes et des étoiles par milliers, et de commencer à les vivre pleinement et intensément.

Joyeux Noël à tous!

Make a Wish, then make it happen.

Aurélie.

 

 



Rendez-vous sur Hellocoton !


Vade Retro, Syndrome de l’Imposteur!

Imposteur

Avez vous parfois l’impression, dans votre vie professionnelle, d’être ce que les anglais appellent « A fraud »? Ce sentiment diffus et  toxique que vous ne méritez pas vraiment la place que vous occupez, que c’est uneerreur, une usurpation, qu’ « on » a commis une erreur et qu’un jour ou l’autre, comble de l’horreur, vous serez démasquée et aussi vulnérable qu’un poussin qui sort de l’oeuf ?

Un homme, une femme, un gouffre :

Ce sentiment détestable de vulnérabilité et de confusion matiné de culpabilité, c’est le syndrôme de l’imposteur. C’est parfois un cauchemar, surtout pour les femmes bien plus concernées que les hommes par ce poison qui nous empêche de nous exprimer à la hauteur de nos capacités.

Il y a quelques années de ça, j’ai participé à la rencontre Maman Travaille organisée par Marlène Schiappa et au cours de laquelle est intervenue Brigitte Gresy, membre du Conseil Supérieur de l’Egalité Professionnelle entre les femmes et les hommes. Et voici ce qu’elle a raconté à la salle médusée:

 » A compétences parfaitement égales, un homme acceptera une mission ou un poste s’il estime posséder 50% des compétences demandées pour ledit poste. Une femme acceptera si elle éstime réunir 80% des compétences ». 

Je crois que tout est dit. 80% contre 50%.

Nous manquons cruellement de confiance en nous. Nous souffrons d’un manque de légitimité à nos propres yeux, alors comment se « vendre » aux yeux des autres? Comment se sentir à sa place, quand nous avons confusément l’impression que tout ceci n’est qu’une mascarade, et qu’à tout moment quelqu’un peut arriver et ouvrir en grand le rideau de notre imposture en criant « REGARDEZ LA, LA MENTEUSE! »?

D’autant que les conséquences du syndrome de l’imposteur sont multiples et souvent handicapantes pour la carrière des femmes :

  • Peur de présenter un projet, une proposition ou une nouvelle façon de penser. Bloque le leadership.
  • Se persuader qu’il faut forcément être un expert accompli pour atteindre tel ou tel objectif
  • Peur de monter en gamme, rester en bas de l’echelle, ne pas oser sortir de l’ornière
  • Rester au ras des paquerettes, ne jamais augmenter ses tarifs, ne pas facturer ce que l’on vaut réellement.
  • Ne pas oser  » trop en dire » de peur d’être moqué , tournée en ridicule
  • Peur de se mettre en avant sur le web, d’aller trop loin, d’être moins bien que les autres
  • Essayer de se persuader que « c’est déjà pas mal » tout en sachant pertinament que ce n’est pas assez
  • Etc …

 Alors quelles sont les pistes pour se séparer de cet encombrant partenaire?

Voici

  • En premier lieu, réaliser que nous sommes loin, très loin d’être la seule à souffrir du syndrome de l’imposteur et qu’en ce moment même, il y a plusieurs milliers de femmes en train de se raisonner et de se dire » C’est trop bête, je tente quand même »!
  • Obtenir un feed back par son entourage dans un premier temps, histoire de gagner en confiance, puis par quelqu’un que vous admirez vraiment pour la qualité de son travail . Essayez, c’est magique.
  • Arrêter de se comparer systèmatiquement aux autres. La comparaison est le meilleur moyen de se rendre malheureux, vraiment. A chacun sa vie, à chacun son parcours et son histoire. Ne comparez pas ce qui ne l’est pas et continuez à faire ce que vous faites avec votre empreinte, votre authenticité.
  • Kick your butt : Bottez vous les fesses. Vous pourrez lire tous les livres de developpement personnel, toutes les citations du monde, rien ne remplacera ce moment determinant où vous passerez à l’action dans un  » Ho et puis merde! aussi jouissif que libérateur ».

Et pour botter les fesses une bonne fois pour toutes au S.D.I, voici un petit test de personnalité que je fais faire à certaines des clientes que j’accompagne en Personal Branding & Webmarketing : ce test va vous permettre de déterminer vos 5 forces de caractère les plus importantes. Pour une fois, appuyons nous sur nos forces, plutôt que de chercher à combler nos faiblesses. C’est la base du ©Personal Branding ( mis à toutes les sauces dailleurs).

Besoin d’un conseil pour booster votre entreprise? Contactez- moi pour un premier gratuit :






Rendez-vous sur Hellocoton !


Affirmation de soi : 5 clés pour apprendre à dire NON

« Apprendre à dire non », « savoir dire non », « Je ne sais pas  dire non » … si le sujet est si largement repris dans les livres, les magazines et sur le web , c’est, je crois qu’il y a un vrai besoin. A commencer par moi, qui était du genre à accepter des choses dont je n’ai absolument pas envie pour ne pas blessser … ou ne pas perdre un client !

Et si l’on en croit vos témoignages, je ne suis pas la seule à me coincer moi-même : 

Rempiler, à la demande d’un magazine ou d’un acteur institutionnel, à écrire pour la 250 000ème fois sur un sujet qui ne me branche plus du tout (à force) et sur lequel je n’ai (donc) plus rien à dire. Coût émotionnel : faible. Coût professionnel : en quelque sorte élevé car procrastination maximum donc tout est fait à la dernière minute quand, après avoir invoqué tous les saints, le client n’a toujours pas annulé la mission, et qu’il va donc falloir s’y coller pour de bon.

L’association des parents d’élèves te sollicite, ils ont vraiment besoin de toi comme… vice-présidente… J’ai dit oui dans un moment d’égarement, projetée dans une rêverie teintée de culpabilité maternelle. Regretté toute l’année dernière à faire des réunions inutiles et jamais à la hauteur des ambitions que j’aurais pu avoir pour l’école. Coût émotionnel : faible. Coût organisationnel : max.

Une agence de pub t’appelle alors que tu es débordée et que tu pars en vacances le lendemain, ils ont besoin d’un truc pour avant-hier, tu dis oui pour ne pas perdre le client. Tu pars avec du boulot et ta famille te regarde avec rancune quand ils partent se baigner et que tu restes « comme une nerd » devant ton écran. Coût émotionnel : élevé (ah ce sentiment si familier de culpabilité). Coût professionnel : nul (mais bon, ça se reproduira donc pas une bonne habitude à donner au client). Coût financier : à évaluer car si tu te magnes comme une malade pour leur sauver la mise, ils ne se magnent pas comme des malades pour te régler.

Alertée par ce fléau généralisé qu’est le Freelance qui s’auto-coince, j’ai sollicité l’avis d’un expert en thérapie cognitive qui a accepté de nous livrer quelques clés essentielles pour apprendre à dire Non et l’assumer: 

Clé numéro 1 : J’ai le droit de refuser.

Ca parait tellement évident, et pourtant… on est tellement dans l’émotion qu’on en oublie l’essentiel : j’ai le droit de proposer, j’ai le droit de refuser, en fait, j’ai le droit d’exister! S’en souvenir, c’est gagner en confiance et être mieux armé.

Clé numéro 2 : Le TU tue

Je n’utilise pas le « tu » mais le « je ». Pas question ici d’inverser les rôles « Je suis responsable du fait que vous ne m’avez pas payée depuis 3 mois, c’est ma faute, ma très grande faute » mais bien de ne pas pointer l’autre du doigt, ce qui permet de désamorcer l’agressivité et d’éviter le mode défensive. On commence toujours par parler de soi, de ce que la situation provoque pour soi.

Exemples:

  • Ne pas dire  » Vous êtes malhonnête de ne pas me payer » mais plutôt  » Ca me met mal à l’aise que vous mettiez autant de temps à me régler pas, je ne trouve pas ça normal ni bon pour la suite de notre collaboration ».
  • Ne pas dire :  » Tu es toujours en retard, ça me saoule » mais plutôt:  » Ca me blesse et ça me met en colère que tu arrives en retard, j’ai l’impression de passer après.
  • Etc

Clé numero 3 : Je ne suis pas obligée de me justifier!

Je ne suis pas OBLIGEE de me justifier. Nous vivons avec l’idée qu’il faut absolument se justifier pour tout, tout le temps. C’est faux. De la même façon que nous avons le droit d’accepter ou de refuser, nous ne sommes pas obligé d’expliquer dans les grandes largeurs à la vendeuse pourquoi son panty en poil de chameau ne nous emballe pas plus que ça. C’est non, c’est tout. (Oui c’est parce que c’est moche mais elle n’a pas besoin de le savoir).

 

Clé numéro 4 : Je m’entraine

Un truc magique pour se sentir parfaitement à l’aise au moment du refus : s’entrainer. De préference dans des situations peu impliquantes comme à la boulangerie, dans les magasins, au téléphone avec des vendeurs de chaussettes en plexiglas , etc …

Clé n°5 : Je propose une ouverture (si possible).

Quelques exemples d’ouverture pour prouver sa bonne foi et son envie de coopérer malgré le refus opposé:
    • « Ca me gêne (émotion)  de te le dire mais ça ne m’arrange pas ( affirmation) de garder ( encore) tes enfants cette semaine. Est ce que ça t’embêterai de voir si tu peux faire autrement? (ouverture) « 
    •  » Je suis désolée ( émotion)  mais je ne vais pas accepter cette mission (affirmation). En revanche je connais quelqu’un que ça pourrait intéresser, voulez-vous que je vous le présente? (ouverture) »
    •  » Ca me met en colère ( émotion) d’avoir à vous réclamer l’argent que vous me devez ( affirmation). Mais si vous avez des soucis de trésorerie nous pouvons en discuter? ( Au lieu de faire l’autruche).(ouverture)
    • Etc… 

Super Clé Bonus :

Et si … Mon client/ Mon conjoint/ Ma belle-mère s’emporte et que ça vire au drame?

Une relation gagnant-gagnant est une relation équitable notamment sur le temps de parole : Une relation ou l’autre parle 90% du temps sans m’écouter n’est pas une relation gagnant=gagnant. Par exemple, les personnalités agressives parlent beaucoup, souvent très fort pour affirmer leur domination et ne me laissent absolument pas en placer une. Dans ce cas une seule technique : ne pas l’interrompre. Chaque initiative viendra donner de l’eau à son moulin et fera repartir la machine. Il vaut mieux attendre que l’Agressif en ai terminé avec sa loghorrée et commence à s’essoufler complètement avant de lui demander poliment  » C’est bon? tu as terminé? Je peux donner mon point de vue »? Normalement, ça devrait le destabiliser ;)

Conclusion : « Préferer une petite injustice à un grand conflit » ( in: nouveau manuel de manipulation, G.Azzopardi). Mais uniquement dans le cas où celle- ci n’entame pas son estime de soi, evidement !

Et vous? dans quelles situations avez vous du mal à  » Dire non »? Vous êtes vous déjà retrouvé à faire quelque chose dont vous n’aviez pas envie? Racontez nous dans les commentaires!

 



Rendez-vous sur Hellocoton !


Peut-on se passer du web quand on est freelance?

Jusque là j’envisageais mon avenir numérique assez sereinement. Pas stressée pour un sou, être « sur-connectée » ne me posait pas plus de problème que ça. Facebook, Itunes, Instagram, Google+, Gmail, mais aussi ma banque en ligne sur mon Iphone, easyjet, amazon, il est TRES facile de me trouver sur le web, dailleurs c’est le but premier: la sacro-sainte  » visibilité ».

Ha ça pour être visible, je dois être visible,  puisque dans la même semaine, c’est mon compte en banque et mon compte Apple qui ont tout deux été victimes de piratage. Il y a quelques mois de ça, un honnête citoyen a ouvert un compte Orange avec mon nom mon prénom et mon adresse e.mail principale. Ce qui me vaut d’être régulièrement contactée par la marque de téléphonie mobile pour m’informer que j’ai effectué tel achat ou telle ouverture de ligne. Youpi.

Je suis Community Manager, je suis Rédactrice Web, je suis une femme 3.0. C’est comme ça que je gagne ma vie et jusque là j’aimais ça. Mais je commence serieusement à me poser des questions sur le sérieux de l’affaire : je suis à l’évidence très facilement traquable, hackable, vulnérable. J’ai même eu la désagréable surprise de découvrir il y a très peu de temps que les paramètres de confidentialité Facebook avaient ( encore) changé et que la plupart de mes publications, photos et abonnements à d’autres pages étaient en mode « public ». Un comble pour une Community Manager !

Pour être claire, cette mésaventure Facebook m’a donné l’impression de me ballader en culotte avec un panneau « je suis amoureuse du chanteur de A-Ha » autour du cou. Je me suis sentie ridicule, et, au risque de me répéter, très vulnérable.

Alors si internet représente mon gagne pain, je ne me sens pas prête en revanche à me jeter en pature aux pirates informatiques, agences publicitaires et agences d’analyses de tout bords. Je ne suis pas un objet, je ne suis pas consommable, je ne suis pas une souris de laboratoire dont on peut disséquer les comportements, les amitiés, les amoures, les gouts et les dégouts afin de les vendre au plus offrant.

Alors aujourd’hui je me pose la question est il possible de me passer du web? Pour le moment, la réponse est « non » mais croyez bien que je vais creuser activement le sujet, et en cohérence avec mon amour pour la méditation, envisager une possible reconversion de nonne tibétaine.

Namasté.

 



Rendez-vous sur Hellocoton !


1 2 3 4 5